Messages

IMG_8900

DAKAR 2003 | KTM 950 Usine LC8

J’apportera toujours avec moi le souvenir du jour où je suis tombé sur l’une des motos tout-terrain les plus incroyables que le paysage du sport automobile pourrait offrir. A été le 3 Septembre 2020 et à partir de là, nous présenterions au public notre livre Obiettivo Dakar. Salle Gio aurait été notre invité d’honneur et déjà cela a été suffisant pour rendre cette jour née inoubliable. Quand, avec un visage dur sans pareil, J’ai demandé à Gio si par hasard il était possible d’avoir son vélo sur l’affichage, sa réponse a été immédiate et désarmante: « si vous voulez aller à Bergame à Nicoli et vous l’obtenez, pour moi, il n’y a pas de problèmes, Je les remarque. C’est ce que nous avons fait. L’après-midi de la 3 Septembre, cette bête bleue fièrement sorti de la camionnette et a été installé dans son environnement naturel: sur le sable, mais pas du désert, mais du rivage de Marina di Ravenna.

Cette KTM est une moto incroyable: Puissant, haut du sol, Lourd. Imaginez un mouvement de 200 kg secs pendant plus de 100 puissance cv. Il exige le respect et inculque presque la peur, même juste pour le déplacer de l’entreprise. Je n’ose pas imaginer ce que cela signifie de pousser un tel cheval de race pure à la limite. Le projet de ce vélo est né en 2000 et le développement du prototype que vous voyez en action a travaillé dur (Langue cible: ils sont venus marcher même 2.000 km par jour!) Fabrizio et Giovanni, suivi à chaque étape par le mécanicien Bruno Ferrari. Les premiers tests commencent en février 2001 en Tunisie et la définition du vélo de course est confiée à Fabrizio Meoni, toujours en collaboration avec Giovanni Sala. Cas plus unique que rare, des indications des pilotes vient le prototype qui fonctionne, mais pas seulement. Même le vélo de route, le 950 Aventure, New10, elle est la fille de motos de course et profite de toutes les directives données par les champions aux ingénieurs autrichiens.

Le 950 Rallye dans les premières versions est venu à se développer plus de 115 chevaux, mais il a été préféré contenir son exubérance, pour préserver les pneus et mousses qui ne détenaient pas une telle puissance sur de longues distances. En règlement, le poids sec minimum imposé était de 200 kg, auxquels il convient d’ajouter le 55 litres d'essence (en plus de l’eau obligatoire et de diverses pièces de rechange). Ainsi, vous pouvez imaginer combien il était difficile de conduire le LC8 dans le désert pour des centaines de kilomètres chaque jour. Pourtant, Meoni et Sala avec elle ont remporté de nombreuses étapes et Fabrizio l’a menée au succès sur le Dakar de la 2002.

La vitesse de pointe était et est superbe: Le GPS de Gio enregistré dans le 2003 une pointe de 208 km/h au milieu du désert.

Le moteur LC8 est un v-twin à 75° 942 CC, deux arbres avec 4 vannes pour l’approvisionnement en cylindres et carburateurs. Passer à 6 engrenages d’embrayage hydrauliquement contrôlés. Le cadre est un tingle dans des tubes en acier, tandis que l’arme pivotant est faite d’aluminium.

Vélo: KTM LC8 950 Usine de rallye 2003
Moteur: 2 Cylindres en V à 75°, 108 chevaux, 942 CC, 8 Vannes, refroidissement liquide, alimentation du carburateur
Peso: 200 kg de poids sec
Réservoirs: 55 litres
Hauteur de selle: > 100 cm
Velocità massima: 208 km/h

147_Giovanni_Sala_Team_Gauloises 2003

DAKAR 2003 | Le budget du lendemain par Gio Sala et Arnaldo Nicoli

propos de Danilo Sechi

Le rythme effréné du Rallye Dakar est derrière, échantillons d’enduro Giovanni Sala et Arnaldo Nicoli – parmi les protagonistes de la Course sur le sol africain de cette année qui s’est terminée sur les plages de Charm El Sheikh, en Egypte – ont repris leurs activités habituelles, leurs pensées sont déjà tournées vers les prochains rendez-vous fournis par leur discipline de choix, mais d’abord fonctionne l’obligation de faire le point sur la dernière expérience vécue.

dakar-2003-07_id806

“Je ne peux pas dire que je suis heureux de la façon dont il s’est passé” Sala dit, 39 années, Gorle “c’était une édition du Dakar assez proche de mes caractéristiques, où je pourrais faire juste à droite, au lieu de cela, je ne me retrouve qu’avec une 14e place. Cette fois, cependant, mes défauts sont vraiment limités, Je dois le prendre avec d’autres facteurs. Tout d’abord la course n’était pas adapté à mon bicylindre, trop lourd et donc désagréable parmi les nombreuses pentes de pierre et sinueuses que nous avons rencontrés, et cela m’a beaucoup ralenti surtout en Tunisie, puis j’ai été freiné d’abord par un pneu qui a littéralement fondu, puis des problèmes au moteur droit dans l’étape la mieux adaptée au bicylindre et enfin aussi à partir d’un tube de puissance qui n’a pas obtenu le carburant pour le moteur. Bref, une tribulation continue qui a

Paris-Dakar 2003 Gigi Soldano

Paris-Dakar 2003 Photo Gigi Soldano

Démoralisé.”

2003-jeune chambre 2– Cependant, quelques aigus ne manquaient pas. “Oui, deux victoires d’étape sont venues. Et voulant voir le verre à moitié plein, je n’ai même pas couru dans de mauvaises chutes, de ce point de vue, il s’est bien passé. Mais il faut aussi dire que j’ai eu une mauvaise grippe et pendant quelques jours, j’ai couru avec une fièvre et bourré de médicaments… il ne m’était jamais arrivé, aura été l’incroyable excursion thermique de la Libye. Cela signifie que la prochaine fois que je vais aussi faire le vaccin contre la grippe!”

– Pour la saison d’enduro 2003 quels sont les programmes et les objectifs? “Je devrais courir dans la classe 250 4 fois, mais pour le moment je ne suis pas tout à fait sûr parce que le nouveau Ktm n’est pas encore prêt. Je pars pour gagner les titres mondiaux et italiens et mériter une place dans l’équipe nationale qui courra en Novembre les Six Jours au Brésil, bien sûr, je vais le voir avec des adversaires très forts et aucun ne sera un exploit facile. Ces jours-ci, je vais profiter de quelques jours de ski dans les montagnes, invité de mon mécanicien dakar, qui vit à Innsbruck, puis la première course sera à Arcore sur 9 Février”.

Encore plus romancé le Dakar que Arnaldo Nicoli qui, sur un camion de soutien rapide de l’équipe Ktm, il a risqué sa vie quand une mine, à l’entrée du territoire égyptien, détruit la roue arrière de leur véhicule le forçant à se rendre. “J’ai ensuite poursuivi mon aventure sur la voiture du mécanicien de Fabrizio Meoni” explique le pilote de Slate “et nous avons atteint la ligne d’arrivée finale, tout en suivant des pistes alternatives plus faciles. Soit dit en passant, ma présence a également été très utile à la fin de la 14ème étape, entre Dakhla et Louxor, après Meoni était tombé mal et avait semi-détruit la moto dans une tentative de regagner du terrain sur le leader Sainct. Nous avons travaillé dessus jusqu’à trois heures du soir, pour le rendre au champion toscan et au moins lui permettre de tenter le retour difficile. Il a essayé, mais il n’y est pas fait., Tant pis”.

– Puis ce qui s’est passé? “Je suis retourné à Bergame et j’ai repris mon travail chez Ktm Italia, Gorle, mais maintenant je prends une semaine de congé, Je crois que je le méritais.!” – Dans le secteur de l’enduro ce qui vous attend? “Cette année, je vais courir avec Husaberg participant au championnat italien dans la classe plus 4 fois”.

Arrivo_1998

DAKAR 1998 | YAMAHA domine, mais l’Autriche Korps font pression

PeterhanselEt’ était la course de la victoire – le nombre 6 et un record – annoncé et actualisé Stéphane Peterhansel et sa Yamaha 850 bicylindre. Si pour le conducteur Français il ya la satisfaction d’avoir dépassé Cyril Neveu, debout à 5, pour la société japonaise est le nombre 9. Et ce sera probablement le dernier depuis que Yamaha a annoncé sa retraite de la “course la plus difficile au monde”.

Laisser de l’espace pour un seul cylindre, KTM et BMW, Probablement, Le retour de Honda. En fait, la suprématie de ce duo fantastique a été très évidente depuis le début de la course. Laissez vos esprits en Europe, étapes en France et en Espagne où l’approche de l’Afrique était un fait de routine plutôt qu’une véritable course, “Peter” a rapidement accumulé un avantage considérable, un détachement qu’il a été en mesure d’administrer avec l’intelligence habituelle dans la deuxième semaine.

Seules de petites incertitudes sur un chemin triomphant: certains tombent, légers problèmes techniques avec le bicylindre à mouvement rapide Yamaha XTZ 850 Trx; En bref, rien qui pourrait vraiment inquiéter ce grand champion qui pourrait, Bien que, ne plus faire la queue au Dakar avec une moto: "Si Yamaha part – alors il a dit à l’arrivée – l’abandon trop. Je suis trop attaché à cette Assemblée pour accepter une autre offre. Je ne pouvais retourner en Afrique qu’en conduisant une voiture..

gio-sala-dakar1998

Il a essayé de saper cet escadron KTM écrasante.: une sorte d’armée motorisée dirigée par l’ancien pilote Heinz Kinigadner, composé de dix pilotes officiels et d’un grand nombre de. Le KTM LC4 660 ils ne pouvaient pas résister au même rythme que le bicylindre japonais, mais ils se sont très bien défendus en remportant la plupart des tests spéciaux (12 sur 19). Sur 55 pilotes sont arrivés sur les plages de Dakar bien 31 ils circulaient sur un KTM.

Bien que Peterhansel était inapproachable – les mêmes hommes de la Maison autrichienne le disent – après avoir placé Fabrizio Meoni derrière lui, avec un détachement pas si impossible sur 18 jours de course, c’était une grande performance. Le pilote italien était le véritable adversaire de la Français: prudence en navigation malgré les dysfonctionnements continus de son GPS, un homme vraiment dur en endurant son 40 années, puis la blessure à l’épaule gauche, en mesure de trouver la bonne voie dans une tempête de sable et d’être en mesure d’obtenir à la troisième et quatrième place dans les Dakar de '94 et '95.

Et même lui ne peut plus être le coup d’envoi l’année prochaine depuis, en dépit d’être un “Officiel” à toutes fins utiles, n’a pas de contrat avec KTM qui le protège pour l’avenir. De retour en Italie, il a trouvé son quotidien et un concessionnaire de motos à courir. Derrière lui, toujours avec KTM 660, Andy Haydon, New York un pilote australien définitivement habitué aux grands espaces et déjà à l’aise lors du premier Paris-Dakar. Et puis un Sud-Africain, Alfie Cox, déjà un pilote précieux dans l’enduro. Ces deux pilotes, au-delà de leur très bon classement, démontrer comment même les novices du marathon africain peuvent affirmer leurs compétences en conduite hors route.

Haydon-1998

L’absence de véritables pièges à tra dans la navigation a donc fait ressortir ceux qui vont vraiment fort en dehors de l’asphalte, c’est-à-dire, pilotes enduro. N’oublions pas que Peterhansel lui-même est un protagoniste de l’Enduro mondial. Même notre “Giò” Hall, plusieurs fois irisé dans la catégorie, est allé très fort, transformer la course en une très longue piste muletière. Il s’est classé 17e en raison de quelques erreurs de lecture de road-book et de quelques problèmes d’allumage dans son KTM. Il risquait aussi de ne pas terminer la course seul 2 km de l’arrivée à Dakar pour une chute qui l’a laissé inconscient pendant quelques instants et avec la moto presque détruite.

AUTRES ITALIENS Honneur aussi aux autres Italiens qui ont terminé la course très difficile: 24Th Guido Maletti (Ben 11 Investissements) Avec le Maletti 1998-1son Kawasaki KLX 650R, mais il aurait pu être plus élevé dans le classement s’il n’avait pas pris la pénalité plate de neuf heures pour le dysfonctionnement d’allumage électronique. Il n’a pas perdu courage et a continué à monter dans les positions. Gian Paolo Quaglino et sa Honda XR400R classée 29e. Quaglino est à Dakar Number 5 et c’est le troisième qui se termine. Juste derrière, Aldo Winkler avec le KTM 660. Et’ l’un des anciens combattants avec ses huit exploitations. Le Turinois remporte le fair-play car, comme un vieux grégaire, il a généreusement donné à Giô Hall, bloqués par des problèmes électriques et “Officiel” KTM, l’unité de contrôle électronique de rechange de son Kappa.

Et puis il vient Roberto Boano (38mais avec 47 années de retard), une fois un croiseur bien connu et maintenant connu sous le nom de jarno et le père d’Ivan, beaucoup plus que les jeunes espoirs de l’enduro. A fait le Dakar avec la fiable Honda Africa Twin, qui est encore un bicylindre mais est à des années-lumière de la performance de la Yamaha qui a remporté; n’étaient rien de plus que pour le plus grand poids, la puissance inférieure et les différents, et moins sophistiqué, suspensions. À la 50ème place Larry de Lorenzo avec sa Suzuki DR 350. Il a tout fait par lui-même, sans mécanicien-co pour l’aider, venant en retard aux bivoiacks, mais toujours spin-to de la solidarité des autres pilotes.

Capture d'écran 2017-03-24 à 15.48.34

Pujol Isidro e Giò Dakar salle 2002

Dans cette vidéo du Dakar 2002 Nous mettons en évidence certains aspects très excitants liés à cette course: le premier est l’extraordinaire solidarité qui existe entre les motards. GIO Sala n’hésite pas un instant pour secourir Isidre Pujol trouvé le long de la piste, Bien qu’il y a ceux qui Dodge lors de la dernière et ne s’arrête pas.
Est pas moins extraordinaire ténacité qui caractérise les motards: Hall demande si elle doit fonctionner les Balises pour obtenir des secours, mais cette estrometpartenariat ouvre automatiquement de la course, mais Pujol, bien qu’il soit clairement dans la douleur et sous le choc de la chute, lui demande ne pas de lui permettre de continuer. Les caresses de la salle sont de la chair de poule et ne nécessitent aucun commentaire. Pour mémoire, les deux sont arrivés à Dakar, Pujol en 5ème position et dans la salle 6 a.

Dakar 1998, Hall et Meoni et petits gestes qui resteront dans l’histoire

Beaucoup de gens me demandent « Pat » sur le casque de Meoni dans une vidéo du Dakar.
Rien qui, juste qu’avec Fabrizio avait atteint une grande émotion et puis je pourrais « permettre » faire quelque chose comme.
Le sentiment a augmenté au cours des années, à partir de mon premier Dakar en 1998, Quand à la veille du nouvel an à Paris, quelques heures après le départ, m’a demandé si nous devions rester dans la chambre d’hôtel devant la télé, regarder des dessins animés, Quand tout le monde a été faire la fête. J’ai ri et nous avons commencé à parler de Dakar et m’a révélé quelques astuces pour mieux aborder la course.
Toujours ensemble dans les transferts, heures et des heures en selle, et souvent sous la pluie, (n’attendez pas d’arriver en Afrique), en partageant quelques minutes arrêter dans les points de vente. « Interdit » consommation lorsque nous nous sommes arrêtés à obtenir du gaz, m’a dit que le Dakar ne doit pas perdre de temps et assistance que vous devriez arriver dès que possible, « Je m’en souviens bien!”.
Dans les entreprises au bivouac a été un grand, salutations et conseils pour tous, Huile de Toscane toujours dans le « tableau » dans le sable du bivouac, et certains lui fait tirer sur les boules, a la Caisse la bonne quantité pour les jours de courses, mais ensuite j’ai offrir de nouveau. Je me suis alors demandé un avis, croyant et active comme toujours, Nous savons tous de sa mission à Dakar.

En parlant de la ville de Dakar, Quand à 2001 a remporté pour la première fois de la course, le dîner / j’ai forcé pour « s’enivrer ». Je ne pouvais pas voir Fabrizio toast avec du Coke toute la nuit tandis que personnel KTM, au contraire, Make a fêté sa victoire avec le vin et la bière, donc il a fixé un objectif de boire au moins trois verres de vin au cours de la soirée, J’ai répondu :: « et il faut?”. Un deux trois d’affilée... en moins d’une demi-heure nous avons eu un phénoménal fit Meoni, Autrichienne de parler comme le toscano.

Stratégique et combatif comme un “Le sanglier”, et donc, qu’ils appelaient, Il savait assaut spécial avec force et véhémence, mais il savait aussi dépenses « without a trace ».

En fait, C’est la stratégie qui lui permit de gagner avec le twin LC8, dans un stade où il fallait aller sur un Point d’attente, Situé au sommet d’une falaise abrupte, (Ce que Rome a tenté de monter mais alors tombé et dissous). Fabrizio un raisonnement habile et rapide du CAP (les degrés de la boussole), Il se rendit compte que Rome et j’ai, Nous partions avant lui, Nous étions sur la mauvaise voie, sont donc sortis de la piste pour ne pas laisser des traces et, en coupant la piste pour quelques centaines de mètres, tourné sur la voie de droite qui a porté au sommet de la falaise. Si c’était le seul à trouver en peu de temps la direction alors que nous sommes tous « nous broutée » à la recherche de la piste, vous vous demandez où il termina Mantion. L’écart a gagné lui a permis de remporter son deuxième Dakar avec une moto – croyez-moi que je vous assure – vraiment difficile, la LC8.

En dehors de la compétition, j’ai partagé avec Fabrizio également de nombreuses semaines d’essais. À ces occasions ont été des jours et des nuits partage de votre chambre, découvrir les différentes coutumes, Le manie, goûts, les programmes de télévision plus aimés, préférences alimentaires, En plus de la course de côte à côte dans le sable mou odieux de Chott kilomètre après kilomètre pour tester la fiabilité des moteurs dans des conditions extrêmes. Il est venu à prendre 1.007 kilomètres en une seule journée sur un anneau de 38 km, (Je lui ai fait 150 moins). Aussi le développement de LC8 était très intéressant car c’était une toute nouvelle moto et Fabrizio m’a surpris avec sa sensibilité quand il se rendit compte que la position des plateformes a été modifiée afin que la moto ne s’allume pas.
Fait le test, Nous avons été sparring dans la salle de gym, dans la piscine et de la course, mais avec lui, il était impossible, trop pratiqué, même le très bien formés Arnaldo Nicoli sait quelque chose.
Transfert n’oubliez pas le rire à la bataille du roi, mémorable à Ibiza. Il y avait la course avec le Ski de gicleur d’Ibiza à Formentera, Fabrizio et je, « Vieux Sea Dogs », Nous avons choisi que le mauvais modèle de jet ski en pleine mer et sont arrivés à la fin tellement épuisée que nous ressemblait à deux naufragés.

Je pourrais vous raconter beaucoup d’histoires, mais je ne vais pas vous ennuyer, et alors, permettez-moi de vous expliquer pourquoi la célèbre « tape » sur le casque.
A Dakar 1998 et nous étions au Mali, dans la scène du bassin du Gao Taoudeni où pour la sécurité, vu votre kilométrage, a été annulé le spécial qui est devenu un transfert de plus de 1000 kilomètres. Comme je l’ai dit avant, « Il en Afrique, Il voulait arriver tôt au bivouac », Ainsi il est allé à disque presque comme si c’était une spéciale et j’ai, par bon portant d’eau, Je devais être avec lui, mais autour de km 800 Je commençais à avoir quelques boules pleines de garder un rythme comme ça, alors je suis allé et je lui ai donné le fameux « tap » de porter à votre attention et d’avertir que nous pourrions également ralentir pendant quelques kilomètres, Puisqu’il n’a pas sembler très tard, mais il a laissé tomber le rythme de ce bien sur. Il était juste parce que, même si nous étions les premiers à arriver à l’aide, C’était la nuit par plusieurs heures, Depuis le dernier 150 kilomètres couru entre un enchevêtrement de pistes dans le Fesh Fesh qui, face à la lumière des phares, C’était très compliqué à conduire tout en trouvant le bon CAP et l’équilibre.
Quiconque a déjà essayé sait ce qu’est la.

Malheureusement, sa course préférée a pris sa propre vie, laissant une profonde tristesse à Elena, Joel e Chiara, comme nous tous, mais on se souviendra de lui toujours pour sa sympathie et la serviabilité de Grand Champion et la personne qui a été.

Giovanni Sala

Tiré de Pilote d’Enduro Magazine nr. 42

Jeu-Hall-dakar-2002-00

La mia Dakar 2002 par Gio Sala

Conclusion de la “Dakar” 2002 Sixième Giovanni Sala a marqué sa meilleure performance depuis, en ' 98, Il a commencé son aventure dans le rallye africain plus établi et dur. Dès le début avait en effet conclu 17°, en ' 99, il a été classé 7° et avait saisi la première victoire d’étape, dans 2000 Il avait été contraint de prendre sa retraite et de l’année écoulée a placé seulement 14° mais avait centré sur quatre victoires partielles.

“Je suis satisfait de mon résultat, Il n’y a aucun doute” Il nous a dit le champion de Gorle à son retour de la capitale sénégalaise “Bien que la veille j’étais fixé comme objectif de terminer dans le top cinq. Je suis allée très étroite, J’ai obtenu deux victoires d’étape, et j’ai gagné alors beaucoup d’expérience que je peux utiliser dans des occasions à venir qui peuvent arriver. Dans ce domaine, je pense beaucoup et même si j’ai déjà 38 ans, je pense que je peux encore donnent beaucoup. Le vainqueur de la course, Mon coéquipier et ami Marc, d’années vient de fêter 44, Encore à l’heure actuelle est certainement le meilleur et le plus complet de tous”.

– Vous avez eu deux jours de gloire, mais aussi plusieurs mésaventures, Il est vrai?
“En fait, surtout dans les quelques premières fractions de race africaine, ceux au Maroc. Notre nouveau Ktm jumeau établi surtout en Tunisie et avait couru en Egypte, si doux et sable terrain. Sur les pierres et les rochers du Maroc a créé quelques difficultés, surtout avec l’embrayage, mais quand nous avons identifié la cause du problème et nous qu’il répara, tout alla lisse. Toute colère, il a ensuite acquis la peine de trafic étranger en dépassant la vitesse lorsque vous quittez un village mais était tout à coup tout sauf dangereux et je ne me souviens pas vraiment va tellement fort, tellement que j’ai même pensé qu'il avait été échangé mon numéro 7 avec le nombre 1 par Manu. Lui à ce moment-là, qu'il a avoué qu’il avait donné beaucoup de gaz. Un gros travail dans la troisième dernière étape j’ai plutôt naïveté, le marathon entre Tichit et Kiffa. J’avais gagné la veille et ensuite dû quitter tout d’abord et ensuite ouvrir la voie. J’ai obtenu plutôt bien mais j’ai pris le secret de cachet de contrôle et j’ai souffert une autre lourde peine. Le lendemain, je pouvais gagner encore une fois, mais j’ai perdu quelques minutes pour aider un concurrent avant de cadutomi et sont donc fini deuxième derrière une demi-minute tandis que le dernier bref séjour sur le Dakar lac Rose, qui savait très bien, m’a quand même permis de couronner le tout”.

Comment jugez-vous cela “Dakar” que celles auxquelles il a participé précédemment?
“C’était un peu "spéciale, profondément divisé en deux. La première partie, jusqu'à Atar, peu exigeant et sélectif que jamais alors que la journée de repos de l’Épiphanie s’est avérée presque inutile, au moins pour nous les débutants. Les prochaines étapes plutôt vraiment infernales, en mesure de porter n’importe qui. Absurde, puis, à mon avis, les villages dans la nuit. Nous devons considérer qu’il y a des nids de poule et pièges partout et puis là à travers les rues douzaines d’animaux, toutes les difficultés dans l’obscurité, il n’est pas facile d’évaluer, particulièrement pour nous les motards qui nous arrangerons luminaires encore limitées”.

Circonscription un Thumper irait peut-être mieux?
“En fait j’ai beaucoup souffert sur le poids du bicylindre. Meoni même eu des problèmes similaires, mais il roule Rallye moto toute l’année, J’ai depuis plusieurs mois pas ces enduro, décidément plus agile, et donc je trouve plus difficile de s’adapter. En tout cas, il est difficile de dire comment il irait et, en tout cas, Si je peux rivaliser à nouveau dans cette course, Je voudrais essayer de nouveau avec le jumeau. Vous avez un malaise à un moment donné, mais c’est avec grande satisfaction dans de nombreuses autres”.

Dans cette course vous ne pousse comme pilotes ou même en tant qu’hommes?
“Il est vrai, Il vous donne une grande partie aussi du point de vue humain. Explorer plus profondément en toi, explosions de solidarité qui vous inspire dans la vie quotidienne ne sont pas aussi spontanées, Vous trempe aussi dans l’esprit, permet de connaître la réalité tellement différente. Aussi dans la relation avec les autres concurrents vous créez quelque chose spéciale qui n’est pas le cas dans d’autres races”.

-Après que cinq titres mondiaux à l’enduro que son rêve actuel est juste gagner une fois le Dakar?
“Je ne peux pas nier que ce concours a pour moi un charme remarquable. Je veux vraiment faire bien en rallye et parce que le Dakar est la Reine du rallye est claire que je serais capable de le vaincre. Cependant, réaliste et je dois admettre à n’étant ne pas probablement ne pas prête encore, trop souvent j’encourent à bévues, dans la merde que quelqu'un comme Meoni ne serait pas. Cependant, profitant de chaque nouvelle erreur aussi n’hésitez pas à améliorer et qui sait que tôt ou tard, vous n’apprenez toutes les astuces et pouvez mettre en pratique à son meilleur”.

Quels sont vos programmes à court terme?
“Après ce repas d’environ dix mille km, équitation dormir peu ou rien, Je pense vraiment que je vais donner dix jours pour arrêter. Je vais consacrer les affections et les fans, puis à la fin du mois, il y a le blues enduro rallye et tests puis avec le 520 avec qui je vais participer à l’enduro italien du championnat et en 600 4 fois, le déplacement que j’avais envie depuis un certain temps. Enfin a été hébergé. La première course importante sera l’ouverture du Tricolor, au début du mois de mars, Tandis que le rallye suivant devrait être celui de la Tunisie, au mois d’avril”.

Entretien avec Danilo Sechi
http://www.motowinners.it/fuoriclasse%20Bg/Sala/Sala.htm

Viladoms-marc-coma-and-John-common de repsol-ktm-jordi Dakar rally 2006-équipe

Team d'usine KTM – Dakar 2007

L'équipe de Repsol KTM officiel avant le début du Dakar 2007.

De gauche: Marc Coma #1, Giovanni Sala #3 et Jordi Viladoms #2.

Salle de jeu 1998-1

Giovanni Sala à Dakar 1998

Très heureux Giovanni Sala, ses débuts au Dakar 1998 et la première vraie expérience avec road book et GPS.

"Après la première semaine – raconte le champion d'enduro – J'ai pensé que j'avais appris toutes les astuces de navigation; puis j'ai perdu quelques fois et je savais… ne pas comprendre quoi que ce soit. Mais comment ils lisent les notes?».

John continue de considérer l'expérience positive et le Dakar une course intéressante. Voici les différences avec l'enduro.

« La plupart incredComment est que je travaille tous les jours, Je vais en branle au moins deux fois par semaine, puis est venu ici et je vais avoir un gros salaire de la poitrine et la cigarette dans sa bouche! Enduro, à que vous conduisez toujours 100% Alors là, il faut trouver le juste équilibre entre la vitesse et la navigation.

Il est certainement une expérience à répéter, Bien qu'il soit la discipline plus dangereuse que j'ai jamais fait. Dès que vous obtenez distrait, et c'est normal lorsque vous n'êtes peut-être dix heures en selle, cadi. Il y a des sentiers au milieu des pierres où vacances 130 km/h et si vous n'êtes pas habitué à la vitesse, Si vous n'avez de bons réflexes, on finit par se blesser ».
Source Motosprint