Messages

Hommage de Dune Motor à Lalay

“Nous voulions écrire une longue description de la façon dont cette moto est née et ce qu'elle représentait, mais à la fin relecture, nous avons réalisé que juste quelques mots. Ce très long travail est un hommage au toujours oublié Gilles Lalay, et toutes ces personnes qui ont aidé directement ou indirectement à imaginer, réaliser et apporter à la course l'un des vélos les plus incroyables et fascinants qui ont jamais traversé les pistes africaines.”

Merci à tous.
Philip et Angelo Dune Motor.

faehre1992-1

Ferry, direction Le Cap 1992

Ferry de groupe pendant le Dakar 1992, vous reconnaissez: Gilles Picard, EDI Orioli, Thierry Magnaldi, Marc Morales, Gilles Lalay.

Départ-1992-2

Groupe ferry Dakar 1992

Ferry vers le Cap pendant le Dakar 1992, reconnaître Sotelo, MAS, Lalay et Morales.

1992faehre

Traversata durante la Dakar 1992

Dans ce groupe de croisement 1992 Nous reconnaissons #10 Sotelo, #90 MAS, #89 Lalay, #95 Morales et un peu plus loin #92 Orioli.

Anita-gilera 1989

Lalay et Gilera ensemble dans 1990?

Il fut un temps quand Gilles Lalay, vainqueur du Dakar 1989, et la maison d'Arcore étaient très proches. Dans ces images, le Français a effectué une visite de l'usine et la Gilera Racing Division, accompagné par d. S. Panda de neige, fervent partisan des rallyes africains. Venir en Italie pour donner des conseils sur le Dakar, Anita durant ces mois était toujours sous contrat avec le HRC.

L'histoire dit malheureusement un dénouement différent, comme Gilles convenu avec Suzuki et couru le Dakar 1990 avec DR gros mono.

Gilles Lalay Paris Le Cap 1992

Gilles Lalay et chronique d'une mort absurde

Gilles Lalay, vainqueur du Dakar 1989, Il meurt le 7 Janvier 1992 à midi sur la piste poussiéreuse entre Franceville et Pointe Noire, au Congo.

Le pilote Yamaha l'Italie était dans un tronçon de transfert, 130 kilomètres après la “Spécial”. Une machine de dell’ Organisation de Paris-Le Cap, un entraîneur de secourisme qui allaient dans le sens inverse, Lalay balayé. Un choc violent, le coureur Français de 29 ans est mort instantanément.

Les maîtres et utilisée pour absorber le tout, les organisateurs de la course avant qu'ils ont fait la remarque que Anita, à ce moment-là, était trop forte et il avait coupé une courbe, puis vous vous retrouvez avec les considérations habituelles: “Une piqûre tragique dans la queue du destin”.
Considéré comme l'arrière-plan, une reconstitution de l'accident ne sera jamais rendue avec précision. Le conducteur de la voiture, à l'époque, à titre d'organisateur, a un nom et ne peut rien dire.

Avec le recul, alertée par les dents, Il s'agit d'une mort absurde lors d'un raid qui n'a aucune technique intentionné et sportive.

Il l'a fait avec beaucoup d'émotion et élégance Daniele Papi, Italie, manager de l'équipe Yamaha: “Nous allons à la maison. Sans une certaine controverse. Et est mort un des nôtres et nous nous sentons mal à rester ici. Certains, tout ce que vous et’ qui s'est passé dans cette course, que nous avons aimé”.
Sur la dynamique des lambeaux seul accident tragique de la preuve. Angel Cavandoli, un coéquipier du Français Centaure, vu Gilles Lalay à terre, propriété, aucune trace de sang sur son visage.

Pourquoi SOS ordinateur tombe dans la direction opposée à la course il y avait des vagues explications: dans un premier temps, il a été dit que la voiture était secourant Jean Christophe Wagner (Il a aussi grièvement blessé hier), puis la machine était une organisation de secours normale. Dans une brève conférence de presse, Gilbert Sabine n'ajoutaient rien aux doutes qui nous sommes et resterons. Et bien sûr: “Le trajet se poursuit”, avec une ténacité obtuse et tenace, Bien que tous ont déjà décidé.

Le classement de moto et’ Cristal clair et ne peut pas changer, parce que les pentes de ne Djaména à Cape Town sont étroites, poussiéreux et arbres: Personne n'ose faire un dépassement, qui commence le premier peut perdre n'est plus.

Qui nous testons est extrêmement, comme ils l'ont fait hier les portes et bande contient, y sont inévitablement tombée. Le même discours (peut-être même plus) s'applique aux machines.

Gilles Lalay qu'il comprenait très bien que le trajet était plus. Lundi soir à Franceville a mangé le dernier pot de “Spaghetti italiens” de sa vie: ils avaient cuit Matilde Talib et Federico Felix. Il faisait chaud et Anita se trouvait à une table du petit camp de tentes près de la’ plan de Yamaha, jusqu'à 10:00 dans la nuit. A commenté sur la cuisson des spaghetti: “Trop al dente pour moi que j'habite près de Limoges”. Puis il a été presque indirectement de soulever une série de critiques venues: “Il est toujours là’ dans le groupe, ne risque pas n'importe quoi”. Gilles avait compris et expliqué: “Et un risque totalement inutile dans ces conditions. Vous ne pouvez pas dépasser. Vous ne pouvez jamais dire qu'une course est terminée, mais dans ce cas je ne peux pas trouver d'autres définitions”.

Ce n'était pas la première fois Anita parlait de ces choses. Avec son directeur sportif, Aldo Betti, le coureur Français avait déjà confié avant le début de le Paris Le Cap: “Vous obtenez dans votre tête à Pointe Noire ou êtes terminée”. Mais l'absurdité de la mort de Gilles Lalay n'est pas dans ces voies étroites, risque de dépassement. Cette course, Il en coûte à chaque puits 27 et un demi-million enregistrement lires seulement, ne semble pas offrir la sécurité nécessaire. Ou parce qu'ils veulent traverser un territoire en guerre ou parce que les ordinateurs de votre organisation ne sont pas familiers avec les pentes (comme et’ a eu lieu cette année en N’ Gougmi) ou parce qu'un entraîneur ambulance va dans le sens inverse à la course.

Puis il arrive, inévitablement, qui, plus célèbre Rallye du monde, un professionnel sérieux comme Anita peut-être être investi par les organisateurs. Quelqu'un a commenté que « c'était un accident de la route”. Et vous devez mettre vos bras à penser que, lors du rassemblement, passés en contrebande à la plus belle du monde, Vous pouvez mourir comme le samedi soir près d'une discothèque à Riccione.

Source: Gianluigi D – Corriere.it