Messages

Fenouil 1979

Vous êtes-vous déjà demandé: parce que Dakar?

Pourquoi Dakar? Avez-vous déjà cessé de réfléchir à pourquoi Sabine a décidé de mettre fin à son aventure dans la capitale du Sénégal? Plusieurs fois, nous avons essayé de retracer l’origine du choix, à la recherche de certaines informations. Les seules choses que vous trouvez sont des hypothèses.

Certains, Sabine aura sûrement cherché une ville surplombant la mer, avec un port qui a facilité la logistique de la rentrée, une ville Français parlant. Mais Dakar n’est pas le seul. Il aurait pu choisir Alger et penser à son raid différemment, faciliter encore le retour en Europe.

En bref, après des an nées d’étude de la race africaine, la réponse n’est pas venue. Hypothèse seulement. Raisonnable, Légitime, mais les hypothèses.

Comme c’est souvent le cas, la solution du problème se trouve en prêtant attention à la façon dont la question est posée, de passer du temps à trouver ce qu’il faut rechercher et ce qu’il faut demander, avant même de commencer à chercher et demander.

Donc, de se demander "pourquoi Dakar" nous sommes venus pour reformuler la question et nous poser: qui pourrait savoir? Qui était en contact avec Sabine et est encore accessible aujourd’hui. Avec une réponse unique que je manque le cheval Storna le nom surgi immédiatement: Jean-Claude Morellet, connu de tous par le nom de Fenouil.

Fenouil est journaliste, Français photographe et motocycliste, l’un de ceux qui ont participé à la première édition de la course pionnière organisée par Sabine et qui plus tard a également été directeur Corsa.

Nous lui avons écrit et lui avons demandé s’il se souvenait pourquoi Dakar, s’il y avait une raison, si Sabine lui avait déjà dit à ce sujet.

Les deux se sont rencontrés lors de la deuxième édition d’Abidjan-Nice, celui dans lequel Sabine risquait de se perdre et qui lui a donné envie de créer une course qui avait la direction opposée, de l’Europe à l’Afrique.

C’était Fenouil lui-même, selon ce qu’il nous ramène, à suggérer de Thierry Sabine pour aller à Dakar. Fenouil avait déjà atteint la capitale du Sénégal en 1973 circonscription d’un Kawasaki Big Horn (le voyage est raconté dans "Sur une moto à Dakar dans l’enfer du Sahara" Éditions Vertical Sea).

Donc, le mystère sur le choix de la destination est ce. La volonté d’un aventurier agité et casse-cou comme Sabine d’organiser une course qui commencerait en Europe et arriverait en Afrique et l’expérience d’un ami photographe, journaliste et aventurier qui a suggéré la capitale sénégalaise.

Probablement parmi les ingrédients qui ont rendu ce raid mythique et immortel est l’intuition de quitter l’Europe, la visibilité du départ de Paris a contribué à rendre la course légendaire.

Texte par Nicholas Bertaccini

 

Fenouil et Herbert Scheck dans un moment de repos du Dakar 1983

Fenouil, L’Afrique comme un destin

Et un chapeau n’est pas suffisant lorsque vous rencontrez, parler ou écrire sur Jean-Claude Morellet, classe 1946, une enfance passée au Cameroun. Déjà, L’Afrique comme un destin, même avant de commencer. Un diplôme en philosophie, sur les barricades à Paris, l’agité, 68 Français, Il entra à la rédaction de “Moto Journal”, le plus important magazine. Graphique a été passé à la tâche d’inspecter. Transformé en conditions extrêmes. Essais prévus de moto sur de longues distances, en particulier sur le sol africain. En quelque sorte a contribué à alimenter le nouvel esprit de l’aventure, collectées et exalté par Thierry Sabine.

fenouil-1979

Fenouil au cours de la première édition du rallye Dakar 1979

Les deux personnages se sont réunis à Abidjan-nice, a l’amitié. Lorsque Sabine a décidé de prendre la route de la grande aventure, C’était Jean-Claude pour lui faire changer d’avis là-dessus-que Thierry préfigurée comme Dakar-Cape Town. Ne pas l’intention de Paris qui, du point de vue, nous fournissons, Ce serait la ville, un cadre idéal pour un événement de cette ampleur. Pour mener à bien une reconnaissance a été Morellet Yamaha XT 500 fourni par Sonauto.

Le “avant” ne pouvait pas être. D’expert technique qui a décidé que le vélo droit serait un bicylindre, plus lourd mais plus de performance de “Mono” nipponica, Maison avec qui elle avait déjà conclu un engagement. Était censé pour être un membre de l’équipe Yamaha avec Neveu, Auriol, Comte, Olivier… Il a demandé sa BMW moyen. La demande a été acceptée et s’est tournée vers le pilote d’essai-preparateur Herbert Scheck.

Malheur de Dakar qui de 1982, s’est terminée par une retraite

Malheur de Dakar qui de 1982, s’est terminée par une retraite

Pour s’attaquer au marathon a choisi la route R75. Quelques changements, réservoir de carburant, le reste de la série. Deux BMW au départ de la première édition de la 1979, ceux de Morellet et Scheck. Il a mal tourné, Allemande s’est arrêté presque immédiatement, même que Jean-Claude, s’est avéré trop fragile les moyens mis en place rapidement et en un superficiel. Intuition de Morellet s’est avérée trop en avant, Yamaha une-deux avec Neveu et Comte. Dans 1980 Jean-Claude, que tout le monde l’appelait familièrement “Fenouil”, introduit le jumeau de Munich sur la cinquième place au classement général, Alors que dans 1981, l’année du triomphe de Auriol, Elle s’est classée quatrième.

Avait vu de loin. Son curriculum vitae à Dakar a marqué un recul, avec la BMW GS dans 1982, un 9° en 1983, le 11° avec Yamaha 600 Ténéré XT et une autre retraite (BMW 1000 GS) dans 1985. Des motocyclettes à l’habitacle de la voiture, comme navigateur. Dans 1987 un an plus tard avec Zaniroli sur un Range Rover a terminé troisième avec Shinozuka avec Mitsubishi et retraités. Dans 1989 Il a appelé la Peugeot. Il s’est classée quatrième avec Fréquelin, sur 205 Grand Raid dans 1989, Alors que dans 1990 Il couronna sa carrière avec une deuxième place aux côtés de Bjorn Waldegaard.

Feouil et Scheck 1983

La course de la vie “Fenouil”, aventurier, journaliste, romancier, photographe, C’est seulement un petit morceau de ce qui a réussi à accomplir. Organisé, parmi les nombreuses races, le premier rallye de Tunisie en 1980 et surtout a inventé le Rallye des Pharaons en Égypte en 1982. Une course de seconde seulement à Dakar. Lorsque son père Thierry Sabine, Gilbert, Il a décidé de plier et renoncer à la tête de la course, pensée pour lui “Fenouil”. A été le 1994. Un an seulement, mais c’était un choix dicté par la continuité. RAID, livres, articles, photos… “Fenouil”, lui-même un personnage de fiction.

Texte tiré de “Enfer de Dakar dans le Sahara” par Beppe Donazzan publié par Giorgio Nada Editore

BMW GS  800 1981-3

Le team officiel de BMW Dakar 1981

Officiel de l’équipe BMW lors de la présentation du Dakar 1981: Fenouil, Auriol et Neimer.
Tsk spécial www.passion-Dakar.com

MOTO/CYRIL NEVEU

Cyril Neveu Dakar 1979

Cyril Neveu scortato da “Fenouil” durante la prima Dakar 1979

1984 BMW

BMW 980 Dakar 1983

Le 3 BMW 980 agents de Auriol, Fenouil et Loizeaux dans un moment de repos à Dakar 1984